Par la Rédaction
paru en mai 2018
L'Âme des Lieux N° 1
    • Traces mnésiques
    • Proust et la tante Léonie

    Quand ici nous emmène ailleurs

    Notre manière de percevoir le monde est produite par les connaissances et les souvenirs issus de nos expériences passées.
    Par Audric Mazzietti, chargé de cours en psychologie

    © JOHAN MOUCHET


    Chaque semaine, je vais à la basilique de Fourvière. Je suis au-dessus de l’agitation du Vieux Lyon. Et je m’y sens incroyablement bien, calme, serein. Assurément, ce lieu résonne avec quelque chose de profond en moi, peut-être parce qu’il me rappelle mes racines : je suis un rat des champs, j’ai grandi dans un petit village aux pieds du Vercors, et je ne saurais dire combien d’heures j’ai pu passer à gambader dans la nature et à admirer les montagnes depuis ma fenêtre.

    Le monde que nous percevons est le résultat de l’interaction entre notre perception et les connaissances et souvenirs issus de nos expériences passées. Certaines études ont même montré que lorsque nous percevons notre environnement, la grande majorité des zones cérébrales activées ne sont pas les zones perceptives (visuelles, auditives ou autres) mais d’autres zones, en particulier celles liées à la mémoire. Tout se passe comme si notre système perceptif ne servait qu’à récolter des indices sur notre environnement alors que no

    Lire la suite ?

    Vous êtes abonné ?

    Pour lire la suite, saisissez vos identifiants


    Quelle est l'adresse email avec laquelle vous vous êtes inscrit ?

    Pas encore abonné ?

    Abonnez-vous à l'Âme des Lieux !


    Abonnez-vous

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *