Par la Rédaction
paru en mars 2019
L'Âme des Lieux N° 4
    • L’influence du Viennois Otto Wagner
    • La saga de la famille Bat's
    • Un design tchèque mêlant industrie et artisanat

    Prague, vitrine de l’architecture moderne

    Prague possède aussi un riche patrimoine du xxe siècle, témoignage d’un temps où le jeune État tchécoslovaque s’affirmait fièrement sur la carte du monde, entre 1918 et 1938.
    Par Mathieu Braunstein, journaliste, ancien coopérant à l'Institut français de Prague

    Jusqu’à la fin des années 1930, Prague est considérée par beaucoup comme une vitrine de l’architecture moderne. Rompant avec les ors et les motifs décoratifs de l’Art nouveau – dont on pourra néanmoins admirer la magnificence à la Maison municipale (Obecní dům) –, la modernité s’affirme après la Première Guerre mondiale dans la simplicité des lignes. Elle puise dans le registre industriel, mais aussi dans le répertoire des formes gréco-latines, périodiquement remises au goût du jour.

    Il souffle ainsi comme un air d’Italie, dans les jardins du Château, parsemés de sculptures et de formes antiques. Le mérite en revient à Jože Plečnik, chargé, à partir de 1921, de réaménager les jardins et les appartements présidentiels. Occupé depuis le ixe siècle, formidablement embelli à la fin du Moyen Âge (xive siècle) par les apports du gothique flamboyant, le Château est devenu une coquille vide après la défaite de la Montagne blanche en 1620, quand le pouvoir politique s’installe sans partage à Vienne.

    Lire la suite ?

    Vous êtes abonné ?

    Pour lire la suite, saisissez vos identifiants


    Quelle est l'adresse email avec laquelle vous vous êtes inscrit ?

    Pas encore abonné ?

    Abonnez-vous à l'Âme des Lieux !


    Abonnez-vous

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *