Par la Rédaction
paru en mars 2019
L'Âme des Lieux N° 4
    • Mélancolie de ses rues et gaieté de ses cafés

    “Le passant de Prague” vu par Apollinaire

    Le poète a su recréer l’atmosphère fantastique de la ville mythique où se mêlent héritage et prophétie, et où création et catastrophe sont intimement liées.
    Par Mathieu Braunstein, journaliste, ancien coopérant à l'Institut français de Prague

    « En mars 1902, je fus à Prague. » Guillaume Apollinaire dépose sa valise à la consigne de la gare et s’enfonce dans les vieilles rues, le nom de son hôtel griffonné sur un bout de papier. Perdu, il hésite puis finit par trouver le « café chantant » où l’attend sa logeuse. Il entre. Praha, « le seuil » en tchèque. Prague, bâtie à la croisée de l’Europe et de la Bohême, de l’histoire et du rêve. Ainsi débute la nouvelle « Le Passant de Prague » tirée du recueil L’Hérésiarque et compagnie. En quelques paragraphes, le poète recrée l’atmosphère fantastique de la ville mythique où se mêlent héritage et prophétie. Suivons-le au coeur du labyrinthe aux « mille tours » et mille mots, car le voyage à Prague est aussi un voyage au pays des lettres.

    Lire la suite ?

    Vous êtes abonné ?

    Pour lire la suite, saisissez vos identifiants


    Quelle est l'adresse email avec laquelle vous vous êtes inscrit ?

    Pas encore abonné ?

    Abonnez-vous à l'Âme des Lieux !


    Abonnez-vous

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *