Par la Rédaction
paru en mai 2018
L'Âme des Lieux N° 1
    • La couleur originelle du vin
    • Calcaire et dinosaures
    •  Sous l'influence du mistral

    Provence, terre du rosé

    Une demi-douzaine de cépages et neuf appellations d’origine contrôlée produisent ce vin estival. L’histoire et la géologie du terroir provençal expliquent cette domination.
    Par Charles Frankel, géologue, auteur scientifique

    Si les rosés représentent aujourd’hui moins de 10 % de la production mondiale de vin, ils ont trouvé en Provence une terre d’élection où ils tiennent le haut de l’affiche. Cette vaste région viticole, qui s’étend de la Camargue à la frontière italienne, en produit plus de 150 millions de bouteilles par an. De fait, 88 % des vins produits en Provence sont des rosés, reléguant loin derrière les rouges (8 %) et les blancs (4 %). D’où vient ce triomphe méridional du rosé ? Est-ce la tradition, le terroir, le climat, voire les cépages qui ont favorisé ce quasi-monopole ? Sans doute tout à la fois. Pour en avoir le coeur net, partons ensemble pour une petite randonnée historique, géographique, et oenologique.

    La couleur originelle du vin


    On entend encore dire, par mythe ou par boutade, que le rosé est un mélange de vin rouge et de vin blanc. Cette méthode est déconseillée, voire interdite, sauf en Champagne (ô surprise !) où il est traditionnel d’assembler des vins différents : on y fait d’excellents effervescents rosés de cette manière.

    Lire la suite ?

    Vous êtes abonné ?

    Pour lire la suite, saisissez vos identifiants


    Quelle est l'adresse email avec laquelle vous vous êtes inscrit ?

    Pas encore abonné ?

    Abonnez-vous à l'Âme des Lieux !


    Abonnez-vous

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *