Par la Rédaction
paru en décembre 2018
L'Âme des Lieux N° 3
    • La révolution triomphe le 11 février 1979
    • Un « conseil des gardiens de la constitution »
    • Une grande légitimité aux pasdarans

    Iran : L’héritage de la révolution de 1979

    Il y a quarante ans étaient instaurés une « République islamique » et un pouvoir assis sur une double légitimité, religieuse et démocratique.
    Par Étienne Augris, professeur d'histoire-géographie

    Il y a tout juste quarante ans, le régime autoritaire du Shah d’Iran prenait fin. Installé sur le trône à la place de son père par les Alliés pendant la guerre, Mohammad Reza Pahlavi était devenu le fidèle « gendarme » des Américains après leur coup d’État de 1953 contre le Premier ministre nationaliste Mossadegh, qui avait eu l’audace de nationaliser le pétrole. Modernisant à marche forcée, le Shah impose la laïcisation et l’occidentalisation. Sa « révolution blanche » lui vaut des soutiens parmi l’élite et dans les campagnes en raison de la réforme agraire. Mais ces changements ne sont pas toujours bien perçus. Et la Savak, police politique du Shah, tient d’une main ferme un pouvoir de moins en moins légitime.

    Lire la suite ?

    Vous êtes abonné ?

    Pour lire la suite, saisissez vos identifiants


    Quelle est l'adresse email avec laquelle vous vous êtes inscrit ?

    Pas encore abonné ?

    Abonnez-vous à l'Âme des Lieux !


    Abonnez-vous

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *