Par la Rédaction
paru en décembre 2018
L'Âme des Lieux N° 3
    • Isolement du pays
    • Intransigeance d'Israël et de l'Arabie saoudite

    Iran : Après les sanctions américaines

    La dénonciation par les États-Unis de l’accord nucléaire de 2015 replace l’Iran au coeur des lignes de fracture du Moyen-Orient : ses adversaires voient confortée leur stratégie d’isolement d’un pays qui pensait redevenir un acteur fréquentable dans la région.
    Par Étienne Augris, professeur d'histoire-géographie

    Le 8 mai dernier, le président des États-Unis Donald Trump a annoncé le retrait de son pays de l’accord sur le nucléaire iranien signé à Vienne le 14 juillet 2015 par les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies, l’Allemagne et l’Union européenne, et validé par l’Agence internationale de l’énergie atomique.

    Cette décision, annoncée par Trump dès 2016, inquiète tous ceux qui craignent un retour en arrière et de nouvelles tensions régionales. Les Européens, qui n’ont pas réussi à convaincre Donald Trump de ne pas se retirer, s’accrochent à un mince espoir, celui de maintenir l’accord entre tous les autres signataires. Chez les Iraniens, elle a réactivé l’hostilité envers les États- Unis dans une population qui attendait beaucoup de la levée des sanctions en janvier 2016.

    sources : populationdata.net, Atlas des Religions, LaVie/Le Monde, 2017


    Certains dirigeants iraniens s’affirment désormais libérés des engagements du traité ce qui pourrait, paradoxalement, a

    Lire la suite ?

    Vous êtes abonné ?

    Pour lire la suite, saisissez vos identifiants


    Quelle est l'adresse email avec laquelle vous vous êtes inscrit ?

    Pas encore abonné ?

    Abonnez-vous à l'Âme des Lieux !


    Abonnez-vous

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *