Par la Rédaction
paru en mars 2019
L'Âme des Lieux N° 4
    • Une floraison spectaculaire
    • Une nature magnifique

    Le jardin japonais de Miyajima

    Au printemps, temples, pagodes et cerisiers en fleurs s’unissent dans une débauche de couleurs sur l’île sanctuaire de Miyajima dans la baie d’Hiroshima. Une île connue pour son célèbre torii, porte d’entrée vers le monde des esprits.
    Par Jean-Baptiste Veber, professeur d'histoire-géographie

    La brume matinale se lève sur la baie d’Hiroshima. À la proue du ferry surgit l’Otorii Torii ou « Porte d’entrée » du sanctuaire d’Itsukushima, petite île de la mer de Seto. Celle-ci, plus connue sous le nom de Miyajima – littéralement « l’île sanctuaire » –, est l’un des lieux les plus sacrés et les plus fameux du Japon. Faut-il l’expliquer par la beauté du site classé au xviie siècle par le philosophe et ministre Razan Hayashi parmi les Nihon sankei, les « trois [plus belles] vues du Japon » ?

    Le torii est un immense portique en bois, de 16 mètres de haut, construit devant le majestueux sanctuaire shinto. Peint en vermillon, il ressemble à un idéogramme qu’on aurait transposé du papier à la réalité avec un art consommé de l’architecture religieuse. Comme le sanctuaire, il est bâti sur l’estran – les terres découvertes à marée basse – et donne l’impression de flotter entre les trois éléments, terre, mer et ciel, au moment où remontent les eaux. Une façon de matérialiser le passage entre le monde des vivants et le monde des esprits.

    Lire la suite ?

    Vous êtes abonné ?

    Pour lire la suite, saisissez vos identifiants


    Quelle est l'adresse email avec laquelle vous vous êtes inscrit ?

    Pas encore abonné ?

    Abonnez-vous à l'Âme des Lieux !


    Abonnez-vous

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *