Par la Rédaction
paru en mai 2018
L'Âme des Lieux N° 1

      Alsace : vue sur un jardin

      Du haut du « HWK » s’étend la plaine d’Alsace. L’accumulation de sédiments a fait la fertilité proverbiale de cette région.
      Par Jean-Baptiste Veber, professeur d'histoire-géographie

      L'Alsace constitue la partie occidentale du fossé ou « Graben » rhénan. Celui-ci s’étend de Francfort- sur-le-Main, au nord, jusqu’à Bâle, au sud. À l’ouest, elle est délimitée par les Vosges, montagnes arrondies par le grand âge et qui s’élèvent à 1 000 mètres d’altitude. À l’est, elle est bordée par les crêtes de la Forêt-Noire. Entre ces deux éminences, de part et d’autre, des contreforts, sortes « d’escaliers collinéens » qui descendent jusqu’à la plaine baignée par le Rhin. Il y a 150 millions d’années, la région qui forme l’actuel fossé rhénan était recouverte par la mer : sur le sol primitif de granit, qu’on ne retrouve désormais plus que dans les Vosges ou en Forêt-Noire, se déposèrent de nombreuses roches sédimentaires comme le grès, le calcaire et les marnes. C’est à l’ère tertiaire, soit il y a 50 millions d’années, que le massif rhénan s’est effondré en son centre, donnant naissance à la plaine rhénane et au Rhin. Ce phénomène géologique est un e et de la collision entre les plaques eurasienne et africaine à l’ère tertiaire : ailleurs ce furent des montagnes, ici un écartèlement.

      Lire la suite ?

      Vous êtes abonné ?

      Pour lire la suite, saisissez vos identifiants


      Quelle est l'adresse email avec laquelle vous vous êtes inscrit ?

      Pas encore abonné ?

      Abonnez-vous à l'Âme des Lieux !


      Abonnez-vous

      Laisser un commentaire

      Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *