Par la Rédaction
paru en mai 2018
L'Âme des Lieux N° 1
    • Gare de Lyon, une phalange coupée à la consigne
    • Du « Fouquet's » au « Hilton d'Orly »
    • Couse poursuite sur l'A6
    • Libéré à Villejuif
    • 16 jours de procès

    Le rapt du baron Empain : un éprouvant jeu de pistes

    C’est l’affaire criminelle emblématique des années 1970. De l’avenue Foch jusqu’à la station de métro Opéra, entre fausse piste à Megève et remise de rançon sur l’autoroute A6, le rapt du Baron Empain a tenu en haleine la police durant 63 jours. Récit.
    Par Mathieu Frachon, journaliste

    Une photo d'identité du baron Edouard-Jean Empain,© HOUPLINE / SIPA


    Nous sommes le 23 janvier 1978 à 10 h 30. Une Peugeot 604 grise sort du 33 Avenue Foch, un immeuble très chic, une belle résidence calme. Comme chaque matin Jean Denis, le chauffeur, s’engage dans la contre-allée. Dans le véhicule, à l’arrière, le P.D.G. du groupe Schneider, Édouard- Jean Empain entame sa journée de travail. Comme chaque matin, la 604 va tourner à gauche au bout de la contre-allée. Comme chaque matin, l’équipage de M. le baron va faire le tour de l’Arc de Triomphe et s’engouffrer dans la circulation parisienne. Comme chaque matin… Mais pas ce matin-là !

    Une mobylette est couchée par terre… Un accident? Jean Denis arrête la voiture. Une mobylette prolétarienne au milieu d’une contre-allée de la très chic avenue Foch, c’est surprenant. Sur la droite de la Peugeot, est garée une Renault Estafette. A peine la 604 s’est-elle arrêtée que des hommes cagoulés en surgissent. Ils sont armés:
    - Descend ou on te bute !
    Le chauffeur obéit, on le jette à l’arrière de l’Estafette. Le baron est menotté, baillonné et aveuglé par du sparadrap. Un des hommes prend le volant de la 604, la mobylette est écartée, la voiture remonte la contre-allée et prend l’avenue Foch, suivie par l’Estafette. Tout cela a duré moins d’une minute. Le chauffeur Jean Denis est assommé puis largué porte Maillot. La 604 sera retrouvée dans un parking souterrain, vierge de toute empreinte.
    Le baron Empain a été enlevé !

    Cet enlèvement de P.D.G. ne vise pas n’importe qui. Édouard-Jean Empain est le patron de Schneider SA, un  fleuron de l’économie française. Ce Belge de 41 ans règne sur 150 000 employés dans le monde entier. Il a arraché la propriété du groupe en 1971, ce que le gouvernement français n’a pas appr

    Lire la suite ?

    Vous êtes abonné ?

    Pour lire la suite, saisissez vos identifiants


    Quelle est l'adresse email avec laquelle vous vous êtes inscrit ?

    Pas encore abonné ?

    Abonnez-vous à l'Âme des Lieux !


    Abonnez-vous

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *