Par la Rédaction
paru en décembre 2018
L'Âme des Lieux N° 3
    • Grégoire de Tours construit son mythe

    Sous la protection de Saint Martin

    De sa réputation d’homme de Dieu exemplaire à l’épisode bien connu du manteau, saint Martin a toujours été populaire. À tel point que son patronyme a été attribué à quantité de villages, d’églises et de noms de famille.
    Par Jean-Baptiste Veber, professeur d'histoire-géographie, écrivain

    Je suis né dans un p’tit village, qu’a un nom pas du tout commun, bien sûr entouré de bocages, c’est le village de Saint-Martin… » La rengaine du chansonnier François Béranger rappelle une réalité incontestable : 3 675 églises et 485 hameaux ou villages sont placés sous l’égide de Martin de Tours, à travers la France. Une fréquence liée à l’histoire du patron de la Gaule romaine puis protecteur des royautés mérovingiennes et carolingiennes – l’équivalent d’une consécration au Panthéon.

    Originaire de la province de Pannonie, dans l’actuelle Hongrie, Martin est fils d’un officier supérieur de l’armée romaine, qui le contraint à s’engager dans la légion. Devientil pour cette raison un militaire anticonformiste ? Si la mémoire populaire a retenu l’épisode du manteau qu’il partage avec un pauvre – concrètement, il lui donna la doublure qui lui appartenait, tandis que le reste de l’habit était propriété de l’Empire – son fait de gloire combattant se déroule face aux Alamans, lorsqu’il se fait enchaîner au-devant de l’ennemi pour servir de bouclier humain : manifestation de sa sainteté ou coïncidence heureuse, les Alamans décident de ne pas engager le combat.

    Lire la suite ?

    Vous êtes abonné ?

    Pour lire la suite, saisissez vos identifiants


    Quelle est l'adresse email avec laquelle vous vous êtes inscrit ?

    Pas encore abonné ?

    Abonnez-vous à l'Âme des Lieux !


    Abonnez-vous

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *