Par la Rédaction
paru en septembre 2018
L'Âme des Lieux N° 2
    • Des politiques nationales
    • La crise des migrants révèle un vrai malentendu entre les européens

    L’absence de coordination des pays européens

    La crise migratoire : et s’il s’agissait d’une crise de croissance de la construction européenne ?
    Par Hugo Billard, professeur d'histoire-géographie et géopolitique en classes préparatoires

    En 2015, l’Union européenne a vu arriver plus d’un million de migrants par mer et terre. La politique migratoire de l’Union est en partie inadaptée à gérer une telle crise. En 1990, la convention de Schengen supprime tout contrôle des personnes à l’intérieur de la CEE, future Union européenne, et la convention de Dublin dé nit que l’État qui a reçu une demande d’asile extérieure à la CEE en est responsable. En 1997, le traité d’Amsterdam prévoit que la Commission européenne s’occupe d’une politique d’immigration commune (visa européen, lutte contre l’immigration clandestine).

    Des politiques nationales


    Mais l’application de ces politiques reste pour l’essentiel entre les mains des États notamment ceux frontaliers (Méditerranée) ou qui gèrent les principaux aéroports d’arrivée (Londres, Paris). En 2004, quand adhèrent à l’UE une grande partie des États de l’est de l’Europe, est créée l’agence européenne Frontex, à Varsovie, qui coordonne la gestion des frontières extérieures de l’Union avec les États membres, mais ne peut rien leur imposer.

    Lire la suite ?

    Vous êtes abonné ?

    Pour lire la suite, saisissez vos identifiants


    Quelle est l'adresse email avec laquelle vous vous êtes inscrit ?

    Pas encore abonné ?

    Abonnez-vous à l'Âme des Lieux !


    Abonnez-vous

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *