Par la Rédaction
paru en mars 2019
L'Âme des Lieux N° 4
    • Des aides suffisantes ?
    • Des économies pour la collectivité

    Agriculture française : un plan ambitieux pour tenter de combler le retard

    Le système agricole français a longtemps reposé sur le modèle de l’exploitation productiviste, à l’inverse d’autres pays européens. L’objectif du « Programme Ambition Bio 2022 » est de doubler la surface agricole utile en bio.
    Par David Périer, professeur d'histoire-géographie. Cartographie : Allix Piot

    France s’est lancée dans l’aventure du bio quelques années après bon nombre de ses voisins européens. Aujourd’hui, malgré le dynamisme de sa production, elle reste en deçà de la moyenne européenne, ne parvenant pas à combler le retard pris. La SAU de l’UE était déjà de 6,2 % en 2015. Le système agricole français a longtemps reposé sur le modèle de l’exploitation productiviste avec une priorité donnée au quantitatif, et des consommateurs français montrant peu d’appétence pour des produits beaucoup plus chers.

    D’autres pays européens ont opéré leur « mue » agricole depuis bien plus longtemps. Ainsi, l’Autriche a plus de 20 % de sa surface agricole cultivée en bio. Ce type de production est bien adapté à l’État alpin, où l’élevage prédomine. Face aux contraintes du relief, le pays s’est engagé vers une agriculture de qualité qui est plus rémunératrice. L’Espagne compte plus de 2 millions d’hectares mis en culture, et l’Italie possède près de 65 000 fermes biologiques1. Ces pays méditerranéens sont compétitifs grâce à des coûts de main-d’oeuvre moins élevés. La transition vers une agriculture bio a aussi été soutenue par l’Europe, via les aides de la PAC (politique agricole commune), notamment en Andalousie ou en Calabre – régions parmi les plus pauvres de l’Union européenne. Il est cependant à noter que l’agriculture bio y atteint une dimension parfois industrielle afin d’accroître la rentabilité des fermes. Un élevage de 250 000 poules pondeuses a ainsi été ouvert au Nord de l’Italie en 20102.

    Lire la suite ?

    Vous êtes abonné ?

    Pour lire la suite, saisissez vos identifiants


    Quelle est l'adresse email avec laquelle vous vous êtes inscrit ?

    Pas encore abonné ?

    Abonnez-vous à l'Âme des Lieux !


    Abonnez-vous

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *